Rendre compte des atteintes portées aux liens de la famille et des ressources adaptatives dont elles peuvent faire preuve.
Appréhender comment le lien des professionnels des thérapeutes avec les familles se trouve affecté par ces menaces et comment celles-ci les contraignent à mobiliser leurs ressources créatives.

Un des traits distinctifs du monde actuel tient à l’incertitude dans laquelle il nous plonge ; pas seulement quant à l’avenir, qui semble pouvoir nous confronter à nombre de menaces et périls nouveaux, mais aussi quant au futur le plus proche qui, avec l’évolution de l’épidémie, par exemple, devient impossible à imaginer.

Les liens de couple et familiaux ont à faire face à ce fond de menace, menace qui doit être distinguée de celles générées par le fonctionnement familial lui-même. Il s’agira dans ce colloque de chercher à penser la confrontation du couple et de la famille aux menaces extérieures : épidémie, terrorisme, radicalisation, changement de climat.

Comment peut-on comprendre l’impact de ces menaces sur les liens qui existent entre membres d’une même famille ? Et quels sont les effets sur ceux-ci des différentes mesures décidées dans ce contexte par les pouvoirs publics pour protéger les citoyens ?

Un des objectifs du colloque sera de tenter de rendre compte à la fois des atteintes portées aux liens de la famille, dans ses différentes configurations, et entre les générations et des ressources adaptatives dont peuvent faire preuve les familles. De même, on cherchera à appréhender comment le lien du professionnel ou du thérapeute avec les familles qu’il prend en charge se trouve affecté par ces menaces et comment celles-ci le contraignent à mobiliser ses ressources créatives.

Programme en cours d’élaboration

Matin  : l’incertitude et la menace

  • Olivier Abel, professeur de philosophie et d’éthique, faculté de théologie protestante de Montpellier (pressenti)
  • Chantal Diamante, thérapeute familiale psychanalytique, présidente de la SFTPIF
  • Nadia Kacha, psychologue, psychothérapeute, Algérie

Après-midi  : 4 ateliers à thème de 1h30

  • Atelier 1 : Violences conjugales et intrafamiliale, Souffrance et confinement
  • Atelier 2 : Les familles face à menace de radicalisation de leurs membres
  • Atelier 3 : La famille face aux catastrophes naturelles
  • Atelier 4 : Politiques publiques, directives ARS : menaces sur les missions des institutions de soin

Le comité d’organisation sera particulièrement attentif à ce que chaque atelier explore à la fois les dimensions d’effraction des menaces extérieures et les réaménagements et processus créatifs mobilisés dans les liens de couple, familiaux, institutionnels.

Pause : Albert Ciccone, professeur de psychologie clinique, université de Lyon 2, psychanalyste (pressenti)

Appel à propositions de communication pour les ateliers

Les interventions dans les ateliers seront sélectionnées sur la base des propositions soumises en réponse à cet appel à communication. Toute personne, professionnel, universitaire, intéressée par une présentation dans l’un des ateliers devra envoyer un résumé de 15 lignes maximum qui précise une problématique générale, le lieu et/ou le dispositif de recueil des données cliniques apportées, une formulation des idées principales qui se dégagent de la réflexion théorico-clinique proposée.
Ce résumé sera précédé des noms, prénoms, appartenance institutionnelle de celui/celle ou ceux/celles qui l’ont rédigé.

Les propositions doivent être adressées à Aude Payzan, secrétaire de rédaction de la revue Dialogue : aude.payzan@gmail.com

Date limite : 15 juin 2021

Réponse du comité organisateur : début juillet 2021