• Doctorant
  • Caps UR 4050

Thèse de doctorat en cours

La culpabilité : abords psychopathologiques, cliniques, criminologiques et enjeux sociétaux (2018/2022)

La culpabilité est un affect qui prend naissance très tôt au cours du développement psychosexuel de l’être humain. Dès les prototypes de la relation mère-bébé, les premières manifestations agressives vont être à l’origine d’une crainte de représailles ou de destruction de l’objet. Par la suite, avec le développement des instances surmoïques, le sentiment de culpabilité s’appuiera sur les interdits posés par les figures majeures du développement de l’enfant. Dans le cadre d’une maturation effective, le surmoi correspondra à l’introjection de valeurs morales et contribuera à la sublimation des courants hostiles mais également des courants tendres.

Nous reprendrons des notions fondamentales du développement psychosexuel du bébé, de l’enfant et de l’adolescent en s’appuyant largement sur les concepts freudiens mais également post-freudiens (M. Klein, Winnicott, M. Fain, J. Lacan etc.).

Dans la pratique clinique moderne, le sentiment de culpabilité fait partie d’une constellation symptomatologique omniprésente. Que l’on prenne un abord structural ou bien une approche nosographique, la culpabilité trouve à s’exprimer dans toutes les conduites psychopathologiques. De l’inhibition névrotique au passage à l’acte délinquant en passant par les conduites d’idéalisation/dévalorisation/manipulation de l’objet, nous essaierons de déterminer en quoi la culpabilité sous-tend de nombreux comportements régulièrement observés dans la clinique. Les références bibliographiques se centreront sur des auteurs récents en psychopathologie du passage à l’acte (M. Ravit, C. Balier, R. Roussillon …).

Plus spécifiquement, la clinique des auteurs de violences sexuelles pourra nous renseigner sur les mécanismes psychodynamiques qui coexistent avec la culpabilité, souvent inconsciente. Nous pourrons alors nous appuyer sur l’analyses d’expertises psychiatriques pénales (procédures préliminaires ou en appel) mais aussi de cas cliniques de sujets pris en charge pour des problématiques de délinquance sexuelle (soins libres, injonctions de soins).

Enfin, un soin sera apporté à la mise en perspective des différentes modalités d’expression de la culpabilité selon les époques, et notamment avec les profonds changements qui ont marqué la société occidentale depuis la révolution des Lumières. Ainsi, nous explorerons les caractéristiques de notre société dite hypermoderne, à la lumière de concepts psychanalytiques tels que la subjectivation, la crise du paternel, les notions de dette et de filiation etc.

Direction : Marie-José Grihom

Financement propre